Astrolabes et autres instruments anciens

(Cliquer sur une image pour la voir en plus grand.)

Devant d’un grand astrolabe en laiton (25 cm / 10″)

La rete sur cet instrument est faite d’aluminium, mais sera bientôt remplacée par une rete plus artistique en laiton (voir ci-dessous). Les pointeurs d’étoiles sont de simples triangles ici, mais je voulais des pointeurs courbes semblables à des flammes. En bas à gauche, on peut lire ma latitude, 45° 27′ nord. Le cercle complet décentré sur la rete est l’écliptique, avec les Gémeaux et le Cancer du côté gauche (près du centre de l’instrument) et le Sagittaire et le Capricorne du côté droit (près du bord de l’instrument). L’écliptique est divisé pour chaque degré.

Derrière d’un grand astrolabe en laiton (25 cm / 10″)

L’alidade permet à l’utilisateur de pointer le Soleil (pas à l’œil nu!) ou n’importe quelle étoile indiquée par les pointeurs sur le devant de l’astrolabe. Elle permet aussi de déterminer la position du Soleil sur l’écliptique pour n’importe quelle date. L’écliptique est le cercle externe et est divisé pour chaque demi-degré; le calendrier est à l’intérieur, légèrement décentré pour illustrer l’excentricité de l’orbite terrestre autour du Soleil, et est divisé pour chaque jour de l’année. La courbe en forme de rein près du centre est l’équation du temps, qui montre le retard ou l’avance du Soleil vrai par rapport au soleil moyen fictif utilisé pour l’heure légale; l’alidade est donc divisée pour chaque minute de correction. La correction du temps en longitude pour mon site (73° 53′ ouest) est aussi mentionnée — c’est la différence de temps entre le centre de mon fuseau horaire (Est de l’Amérique du Nord) et mon site.

Rete plus artistique en laiton

Tel que mentionné ci-dessus, je voulais des pointeurs d’étoiles courbes en forme de flammes plutôt que des triangles, et le laiton est devenu mon matériau préféré, alors je travaille présentement sur cette rete plus artistique. Les étoiles du Triangle d’été (Altaïr, Véga, et Déneb) sont visibles à gauche de la règle, qui est divisée pour chaque degré de déclinaison.

Grand astrolabe sur présentoir

Voici à quoi ressemble le grand astrolabe sur son présentoir. Dans ce cas spécifique, l’astrolabe a gardé une forme carrée, dont les coins sont trop grands pour le présentoir; c’est pourquoi l’astrolabe est tourné à 45° plutôt que droit.

Petit astrolabe en laiton

Ceci est «mini», un petit astrolabe que j’ai fabriqué après le grand, pour comparer la difficulté. Le tracé des courbes et plus simple ici, grâce à leur plus faible diamètre; toutefois, fabriquer les pièces est plus difficile, puisque la règle montrée ici ne mesure qu’environ 2 mm (¹⁄₁₆″) de large! Au dos, seuls l’écliptique et le calendrier ont été gravés; il n’y a pas d’alidade. Cette photo fut publiée dans le magazine Sky & Telescope de mai 2016, dans la section «Letters», en page 6.

Cadran solaire universel de Regiomontanus

Les cadrans solaires ne sont normalement utilisables que pour une seule latitude sur la Terre, puisque leur style doit pointer vers le pôle céleste. De plus, la position de l’ombre de la pointe du stylet change selon la saison. Johannes Müller von Königsberg [1436–1476], dont le nom a été latinisé à Regiomontanus, a trouvé une solution à ce problème à deux variables : le cadran solaire universel, dont voici une réplique. L’utilisateur ajuste les bras de sorte que la pointe coïncide avec la latitude du lieu (gravée au bas de la section triangulaire, à tous les cinq degrés de 0° à 65°, plus la latitude du cercle polaire de 66°) et la date (gravée sur le bord droit de l’instrument). L’utilisateur laisse ensuite pendre la corde vers la date gravée au bas de l’instrument (petits groupes de caractères gravés; en fait, c’est difficile à lire à l’échelle de cet instrument en particulier) et glisse la bille à la ligne de midi (celle du bas). L’étape finale consiste à pointer le Soleil avec les pinnules (l’une est trouée; le rayon de Soleil doit tomber sur le point gravé sur l’autre) et à lire l’heure où la bille se trouve — ici, entre 9 et 10 heures du matin, ou entre 14 et 15 heures de l’après-midi. Les résultats sont relativement précis, mais ne tiennent pas compte de l’équation du temps ou de la correction en longitude mentionnée plus haut. Ce modèle mesure 25 cm / 10″ de long par 10 cm / 4″ de large.

Autres instruments que j’ai fabriqués

J’ai aussi fabriqué un merkhet égyptien (datant d’environ 2000 AÈC) ainsi qu’un quadrant de Gunther (environ 1640 ÈC), de même que quelques reproductions en papier d’instruments du 16e et du 17e siècles (photos à venir).

Tous les instruments ont été fabriqués par Pierre Paquette, 2015–2016.